L'interview de Lysanne

Les interviews des voyants Avigora

L'interview de Lysanne

lysanne

Nous avons rencontré Lysanne pour vous la semaine dernière. Voici en exclusivité la conversation que nous avons eue avec elle :

Avigora | De quelle façon votre don s’est-il manifesté la première fois ?
Lysanne | J’ai perdu mon grand-père à l’âge de 13 ans, et c’est alors que j’ai commencé à avoir des flashs. Il m’a fallu de nombreuses années pour interpréter les sensations que je ressentais. Ce n’est qu’à l’âge de 20 ans que j’ai commencé à pratiquer la médiumnité. J’exerce cette activité depuis 30 ans. 

Avigora | Pouvez-vous prévoir les moments où les flashs arrivent ?
Lysanne | Non. En revanche, il est fréquent que des flashs me surprennent lorsque je rencontre une personne pour la première fois. J’essaye cependant de me « déconnecter » afin que cela ne nuise pas à ma vie privée. Il n’est en effet pas sain, dans un cadre intime, de vouloir en savoir trop. Je parviens à présent, avec l’expérience, à préparer une consultation en ouvrant mon esprit et en invitant ainsi les flashs à se présenter à moi.

Avigora | Utilisez-vous des supports lors de vos consultations ?
Lysanne | Au téléphone, j’utilise l’oracle de Belline ainsi qu’un pendule. Je change très régulièrement (tous les deux ans) de jeu de cartes pour ne pas m’ennuyer. Lorsque je suis face à un consultant, en revanche, je n’utilise aucun support : il s’agit de voyance pure.

Avigora | Avez-vous des conseils à donner pour préparer une bonne consultation avec vous ?
Lysanne | La voyance est un acte d’amour, et à ce titre, le consultant doit être prêt à recevoir avec bienveillance l’information que le voyant lui destine. Si mon interlocuteur est trop stressé ou qu’il se ferme à toute communication, tout accès est condamné, et une mauvaise consultation s’ensuit. Par ailleurs, chaque personne qui consulte un voyant doit être prêt à entendre des vérités difficiles.

Avigora | Pour quelles raisons vous consulte-t-on le plus souvent ?
Lysanne | Les questions qu’on me pose relèvent essentiellement du domaine sentimental. Seuls 10 % de mes clients me sollicitent pour des problèmes professionnels.
Ma clientèle est composée de façon égale d’hommes et de femmes, mais chaque population a ses raisons propres de me consulter. Je trouve que les hommes sont plus cartésiens que les femmes, et souhaitent des informations concrètes, alors que les femmes veulent plutôt être rassurées.

Avigora | Avez-vous déjà réalisé des choses extraordinaires ?
Lysanne | Pour moi, la médiumnité n’est pas un acte extraordinaire. S’il m’arrive de divulguer des perceptions importantes qui ont permis d’éviter certains malheurs, je considère que mes capacités ne sont qu’une forme développée de quelque chose que nous avons tous au fond de nous, et que d’aucuns appellent l’instinct. De fait, chacun pourrait travailler, s’il le souhaitait, à développer ce talent.

Avigora | Il arrive parfois que certaines personnes soient déçues après une consultation, à quoi l’attribuez-vous et vous arrive-t-il de vous tromper ?
Lysanne | Certaines personnes ne sont parfois sont pas prêtes à entendre ce que nous avons à leur dire. Il est certain que la déception peut être au rendez-vous si l’on souhaite entendre des choses rassurantes. Je ne peux aucunement, ce qui est bien naturel, faire acte de complaisance en la matière.
En outre, il m’arrive naturellement de me tromper, comme chacun d’entre nous. Il arrive parfois que les perceptions que je ressens en compagnie de certains consultants soient moins audibles. Il se peut également que le manque de confiance de la part du consultant nuise à la qualité de la consultation. Si mon interlocuteur ne me laisse pas accéder à lui, je ne peux pas voir en lui, et préfère en ce cas mettre fin à la consultation.

Avigora | Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ? Et le moins ?
Lysanne | J’aime beaucoup ce métier, et je ne pourrais pas envisager de faire autre chose.
En revanche, je n’aime pas les gens de mauvaise foi, qui viennent à nous avec beaucoup d’agressivité. Certains clients sont très désagréables et impolis. Ce n’est heureusement pas le cas de la plupart de mes interlocuteurs !

Avigora | Pouvez-vous faire des « auto-prédictions » ?
Lysanne | Je peux effectivement prédire mon propre avenir, mais j’évite habituellement de le faire. Je ne suis souvent pas très objective lorsque je suis concernée par un flash. Je préfère consulter mes consœurs, sur Avigora notamment.

Avigora | Que pensent vos proches de votre activité ? Pouvez-vous exercer votre don sur eux ?
Lysanne | Il m’arrive fréquemment de pratiquer l’art de la divination pour mes enfants et mes amis. Ce sont eux qui me sollicitent ; je ne fais jamais une voyance à quelqu'un qui ne me le demande pas. Mes enfants ont grandi dans la médiumnité, et y sont habitués. Une de mes filles est d’ailleurs également médium sur Avigora. Mon métier est globalement bien accepté par ma famille.

Avigora | Pouvez-vous nous décrire votre journée type ?
Lysanne | Mes journées se règlent en fonction de l’emploi du temps de ma fille de 11 ans. Je me connecte habituellement très tôt, puis l’après-midi, après avoir rechargé quelque peu mes batteries. Lorsque ma fille est en vacances, je travaille à mi-temps, le matin ou l’après-midi.

Avigora | À part la voyance, quelles sont vos autres passions dans la vie ?
Lysanne | J’ai de nombreuses autres passions. Je suis très créative, tout comme ma fille, et je fais de nombreux loisirs manuels avec elle. Nous aimons beaucoup l’art de la céramique, par exemple.

Avigora | Si vous n’étiez pas voyant, que feriez-vous ?
Lysanne | Je serais sans doute psychologue. La nature humaine me passionne.

Pour consulter Lysanne ou simplement voir sa page, c'est par ici.

Plus de rubriques sur la page Horoscope & infos

Toutes les interviews :

Code promotionnel Disclaimer