L'interview de Stanislas

Les interviews des voyants Avigora

L'interview de Stanislas

stanislas

Nous avons rencontré Stanislas pour vous la semaine dernière. Voici en exclusivité la conversation que nous avons eue avec lui :

Avigora | De quelle façon votre don s’est-il manifesté la première fois ?
Stanislas | Mon don est avec moi depuis plus de 17 ans. J’ai toujours lu des livres concernant la tarologie et la voyance, que je me procurais à l’insu de ma famille. J’ai toutefois choisi de suivre un cursus classique, tout en sachant que je serais inéluctablement attiré vers la voyance. Dès que j’ai reçu mon diplôme, j’ai passé une petite annonce dans un journal ; mon activité a démarré immédiatement.

Avigora | Pouvez-vous prévoir les moments où les flashs arrivent ?
Stanislas | Je préfère le terme de « ressenti » à celui de « flash ». Mes ressentis sont précis, mais je dois savoir les interpréter. Ces ressentis se produisent habituellement lorsque je suis en consultation. Cela étant, des flashs peuvent également survenir de manière spontanée, dans un cadre non professionnel. Il s’agit dans ce cas souvent d’une mise en garde concernant un événement devant se produire dans un futur proche.

Avigora | Utilisez-vous des supports lors de vos consultations ?
Stanislas | Je pratique la voyance sur photo. Lors d’une consultation téléphonique, les consultants m’adressent des photographies par e-mail. Je me fonde également sur mes runes pour encourager la survenance de ressentis.

Avigora | Avez-vous des conseils à donner pour préparer une bonne consultation avec vous ?
Stanislas | Avant tout, je souligne que l’acte de consulter ne s’improvise pas. Il est décommandé de consulter sur un coup de tête ou parce un problème est soudainement survenu. Je considère que plus l’acte est réfléchi, meilleure sera la consultation.
Je demande en outre à mes consultants de me fournir une photo afin de pouvoir fournir plus de précisions lors de la consultation.
Enfin, il importe d’être détendu, et de procéder à l’appel installé confortablement chez soi, ce qui est préférable au fait de m’appeler de sa voiture, ou du métro, comme cela m’arrive parfois. Le contexte doit être aussi serein pour le client que pour le voyant, car les deux acteurs d’une consultation doivent être en harmonie.

Avigora | Pour quelles raisons vous consulte-t-on le plus souvent ?
Stanislas | De nombreuses personnes me consultent au regard de leur vie personnelle et affective. Je dois avouer que je suis particulièrement intéressé, et de bon conseil, sur les problématiques afférentes à la vie professionnelle.

Avigora | Avez-vous déjà réalisé des choses extraordinaires ?
Stanislas | Je ne suis pas à la recherche de l’extraordinaire ou du sensationnel. Il m’arrive parfois, cependant, d’étonner mes interlocuteurs. A l’occasion d’une émission de radio, par exemple, une personne m’a posé une question sur un sujet qui la concernait de manière intime. J’ai eu un ressenti spontané et j’ai parlé d’un autre sujet qui la concernait de manière encore plus intime, à sa grande surprise.

Avigora | Il arrive parfois que certaines personnes soient déçues après une consultation, à quoi l’attribuez-vous et vous arrive-t-il de vous tromper ?
Stanislas | Tous les voyants se trompent, et un voyant qui avancerait le contraire se méprend. Certains consultants peuvent être déçus car le voyant ne leur dit pas ce qu’ils souhaitent entendre. D’autres peuvent s’étonner des différents discours tenus par d’autres voyants à leur endroit.
En outre, les relations entre le voyant et le consultant n’atteignent parfois pas le niveau d’harmonie requis. D’autres se hissent au niveau d’une très grande affinité, ce qui permet d’aller loin.

Avigora | Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ? Et le moins ?
Stanislas | J’aime profondément mon métier, et en particulier ce qu’il m’apporte du point de vue relationnel. J’apprécie énormément de pouvoir éclairer et aider mes clients, et de répondre à certaines de leurs interrogations. Je ne connais pas d’aspects négatifs à mon métier. Je fais cette activité avec passion, et n’ai pas l’impression d’effectuer un travail ! Lorsque je suis en vacances, ou inactif, je ressens comme un manque et j'éprouve le besoin d’être en consultation. J’effectue ainsi, même en congés, quelques consultations par jour.

Avigora | Pouvez-vous faire des « auto-prédictions » ?
Stanislas | Oui, cela peut arriver d’une façon spontanée. Il m’arrive de consulter d’autres voyants, très rarement en cabinet, et plus fréquemment par téléphone.

Avigora | Que pensent vos proches de votre activité ? Pouvez-vous exercer votre don sur eux ?
Stanislas | Mes proches doutaient initialement de ma capacité à en faire mon métier, et ont été surpris par les retours positifs de mes clients satisfaits. Même s’ils ne croient pas en la voyance, ils me posent des questions sur l’exercice de ma profession, et se montrent très intéressés.

Avigora | Pouvez-vous nous décrire votre journée type ?
Stanislas | Ma journée commence à mon réveil : j’allume immédiatement mon téléphone afin d’être joignable. Je commence mes consultations dès le matin. Je m’accorde un temps de repos après le déjeuner, sous la forme d’une sieste d’une demi-heure pour recharger mes batteries, avant de continuer mes consultations l’après-midi.

Avigora | À part la voyance, quelles sont vos autres passions dans la vie ?
Stanislas | J’aime faire du vélo et de la marche à pied, et profiter de la nature.

Avigora | Si vous n’étiez pas voyant, que feriez-vous ?
Stanislas | Je ferais sans doute un travail lié à mes études. Sinon, j’opérerais peut-être dans l’informatique, en tant que webmaster, car cette activité a un grand intérêt pour moi.

Pour consulter Stanislas ou simplement voir sa page, c'est par ici.

Plus de rubriques sur la page Horoscope & infos

Toutes les interviews :

Code promotionnel Disclaimer