Communiquer avec les défunts

Les articles à la une

icone article

Communiquer avec les défunts

main-et-crane


Qu’elle soit récente comme ancienne, la perte d’un proche est une épreuve, une douleur, une blessure qui laisse, pour toujours, son empreinte. Qu’il s’agisse d’entamer le processus du deuil, d’une volonté d’exprimer des non-dits ou encore de solliciter l’aide du disparu, communiquer avec les défunts est un désir que certains peuvent éprouver. Est-il possible de communiquer avec les défunts ? Comment une telle communication peut-elle se mettre en place ? Pourquoi rechercher le contact ? Éclaircissements.

Communiquer avec les défunts, les raisons les plus communes

Lorsqu’une personne de son entourage proche disparaît, celui qui reste va entamer un long travail de deuil. Immuable, commun à tous, il se déroule en sept étapes :
- le choc : lors de l’annonce du décès (surtout s’il est brutal)
- le déni : le refus de croire en la disparition
- la colère : pourquoi cette personne est-elle partie ?
- le marchandage : comme si échanger quelque chose de précieux pour rendre la vie à ce proche
- la tristesse : elle se doit d’être extériorisée sous quelque forme que ce soit
- la résignation : car il est impossible de revenir en arrière
- l’acceptation : qui permet de continuer à avancer et à vivre.
Une huitième phase consiste en la reconstruction, une période de résilience où une vie nouvelle, différente, se remet en place. Parfois complètement chamboulée, c’est une autre voie, sur de nouvelles bases qui émerge du chaos, de ces différentes étapes douloureuses qui ont été traversées sur plusieurs semaines, mois voire années. S’il n’existe pas de recette miraculeuse pour accélérer cette traversée noire, parler, penser au défunt, peut s’avérer bénéfique. Certains, iront jusqu’à désirer établir une réelle communication avec la personne disparue. Un « besoin » pour moins appréhender la mort (en général), sa propre disparition et essayer de trouver une « réponse », une « explication » à cette perte. L’existence d’un au-delà fascine depuis toujours. Elle fait partie d’un des grands mystères de la création, inquiétant parfois, faisant marcher beaucoup l’imaginaire des artistes et engendrant divers courants de pensées (chamanisme, spiritisme, anthroposophie). Communiquer avec les défunts peut ainsi apparaître comme une « solution » pour qui nécessite d’entretenir le lien autrement que par la pensée, par le repérage de « signes », pour qu’on lui « prouve » que si l’enveloppe corporelle n’est plus, son proche demeure toujours présent près de lui.

Communiquer avec les défunts, est-ce possible ?
A cette question, une mise en lumière s’impose. Tout d’abord sur le rôle du médium. Celui-ci s’impose comme un intermédiaire entre vivants et défunts, entre ce monde et le monde au-delà, et cela, grâce à ses dons. Par différents moyens, un médium sérieux sera capable de saisir les messages des esprits et pourra les transmettre à leurs proches. Il est comme un « traducteur », celui qui décrypte les messages dans une « autre langue », que nous ne pouvons ni entendre ni comprendre. Cette médiumnité s’est imposée d’elle-même à un moment plus ou moins avancé de sa vie. Il perçoit ainsi au travers de sensations, de sons, d’images, de flashs…. les manifestations des esprits. Son devoir est de les transmettre. Communiquer avec les défunts est donc possible au travers du channeling d’un médium si tant est qu’on s’adresse à un voyant sérieux à l’image de ceux présents sur Avigora.

Comment communiquer avec les défunts ?

Nous l’avons vu, pour communiquer avec les défunts, la meilleure solution demeure de s’adresser à un médium sérieux qui effectuera cette connexion pour vous. Cependant, si vous désirez tenter autrement l’expérience, plusieurs méthodes pour communiquer avec les esprits sont à votre disposition.

 

La planche de Oui-ja

Inventée à la fin du 19ème siècle, période où le spiritisme et la voyance en général, étaient très à la mode, la planche de Oui-ja s’est imposée comme la remplaçante des « tables tournantes » qui servaient auparavant à indiquer –ou non- la présence d’un esprit. Constituée d’une plaque en bois sur laquelle était accroché un crayon, les esprits étaient invoqués et guidaient la main de l’interrogateur sur la planche afin de lui faire écrire des mots. Cette première version fut améliorée en 1891 par Elie Bond et Charles Kennard qui ont eu l’idée d’y graver les 26 lettres de l’alphabet, les chiffres de 0 à 9, ainsi que les mots « Oui », « Non » et « Au revoir ». L’utilisation de la planche de Oui-ja, assez simple, l’a rendu extrêmement populaire. Néanmoins, il a souvent été dit qu’elle était idéale pour invoquer les esprits malfaisants ou dangereux. Il est préférable qu’un médium professionnel l’utilise et dirige la séance. En privé, il est important de demeurer très prudent durant une séance, en implorant une communication avec des esprits bons et en n’oubliant ni de remercier l’esprit d’avoir accepté de communiquer ni de lui demander de quitter la séance.

 

L’écriture automatique

Pratique ancienne, l’écriture automatique permet de laisser sa main aller sur du papier afin qu’un esprit puisse y rédiger des informations. Cette pratique demande cependant une excellente concentration et capacité à se « déconnecter » pour que l’écriture soit la plus libre et inconsciente possible. Là encore, il est important de souligner qu’une voyance avec un esprit dans le cadre d’une écriture automatique n’est pas dénuée de risques, la pratique pouvant s’avérer éprouvante. Des questions courtes, une excellente concentration, une patience à toute épreuve et un entraînement régulier vous permettront d’y arriver sans trop d’encombres.

 

La transcommunication instrumentale

Sous ce terme inventé dans les années 1980 par le physicien allemand Ernst Senkowski, se cache une méthode visant à communiquer avec les esprits par le biais des appareils électroniques. Dans ce but, sont utilisés des objets usuels tels que les téléphones, les téléviseurs, les ordinateurs, les tablettes, les appareils photos, les enregistreurs sonores, etc.

Communiquer avec les défunts, est-ce dangereux ?

Nous l’avons évoqué plus haut, certaines pratiques, si elles ne sont pas effectuées par des professionnels de la voyance, peut s’avérer funestes pour les néophytes. Nous le soulignons, les esprits des défunts ne sont pas tous animés de bonnes intentions et si le désir est de communiquer avec un être cher disparu, rien n’assure (pour les premières fois) que cela puisse arriver immédiatement sans qu’un esprit malfaisant ne vienne faire irruption et perturbe la séance. Un tel esprit pourrait finir par devenir dangereux, obsédant, entraînant des troubles psychiques importants. Sans connaissances préalables, il peut donc être dangereux de s’aventurer à vouloir communiquer avec les défunts. La pratique se doit d’être prudente et prise au sérieux. Pour qui désire réellement entrer en contact avec un proche disparu, il serait préférable d’être entouré et soutenu par un médium professionnel. Son expertise, sa maîtrise du sujet et sa capacité à gérer les esprits malins, permettra d’obtenir une communication réelle et bénéfique où un partage via un recueil de messages pourra s’effectuer.

Plus de rubriques sur la page Horoscope & infos

Tous les articles :

Code promotionnel Disclaimer