Le Tarot de Marseille avec Paul-Loup

Les interviews des voyants Avigora

Le Tarot de Marseille avec Paul-Loup

paul loup

Avigora | Quel support de voyance utilisez-vous ?

Paul-Loup | Le Tarot de Marseille, principalement.

 

Avigora | Comment avez-vous appris à l'utiliser ?

Paul-Loup | J’ai été initié par un voyant mais le déclic a été la découverte des écrits d’Alejandro Jodorowski, traitant du Tarot de Marseille et de son utilisation, à partir de ce moment  j’ai poursuivi mon apprentissage  seul en faisant des tirages de 3, 4 ou 5 cartes pour le tirage en croix, tirages que j’effectuais pour moi-même ou  mes proches.  A l’époque je cherchais un support pour essayer de canaliser mes dons. Je me suis fait la main ainsi.

 

Avigora | Pourquoi l'avoir choisi ? Qu'est ce qui vous plait et vous parait important dans ce support ?

Paul-Loup | Par ses images, son langage est universel, il contient tous les archétypes du monde occidental (et plus encore),  compris et acceptés dans la mémoire collective du  monde entier. C’est un support où les combinaisons sont infinies surtout si l’on utilise les arcanes mineures. Chaque lame majeure exprime une idée et son contraire, avec au milieu toute la palette des nuances,  il y a une ambivalence dans chaque arcane,  le positif comme le négatif, la polarité masculin/féminin coexiste en une seule et même lame, laquelle exprime  une bonne centaine d’idées, les associations forment des paires qui donnent d’autres interprétations en mettant en scène des personnages, des émotions, des actions, l’idée d’une harmonie ou d’une dualité.   Les cartes frappent et excitent l’imagination de celui qui les tire, des idées, émotions, surgissent, comme le tarot touche aussi le subconscient, il suscite aussi des rêves qui peuvent se révéler être prémonitoires, ce qui est incroyable c’est que ces interprétations  ne sont jamais tout à fait les mêmes à chaque tirage, et s’adaptent comme par magie au contexte de la vie du consultant et  au déroulement de la consultation, ses possibilités représentent un puits intarrissable, le meilleur outils pour encadrer les dons de voyance et de médiumnité.

 

Avigora | Utilisez-vous d'autres supports ?

Paul-Loup | Pour les consultations, j’utilise parfois le pendule. Sinon je connais un peu le Tarot Américain, appelés « Rider-Waite » ainsi que les Bellines mais je ne les utilise pas, car il est difficile de faire un tirage avec  quelque cartes seulement et  au téléphone, ce ne serait pas du tout pratique et trop long pour le consultant.

 

                 La force, Ancien Tarot de Marseille               La force, Tarot de Camoin Jodorowski             La force, Tarot classique

 

 

Avigora | Pouvez-vous nous en dire plus concernant les différences entre les tarots ?

Paul-Loup | Je ne m’intéresse qu’aux Tarots de Marseille de la lignée « historique » ou apparentés,  et pas aux milliers de tarots « fantaisies » aux thématiques et dessins  très éloignés du Tarot de Marseille même si ces tarots là en conservent la structure : 22 lames majeures, 56 lames mineures, des figures  et divisions en 4 enseignes (Coupe, Epée, Bâtons, Deniers dans le Tarot de Marseille)
Dans le commerce, vous trouverez facilement  4 Tarots de Marseille (il en existe une bonne centaine à des prix pas abordables du tout,  pour les collectionneurs et  il faut les commander) : Le Nicolas Convers de la Maison Héron,  le Paul Marteau de Grimaud, le Camoin Jodorowski restauré, le tarot traditionnel restauré selon kris Haddar (édition de la Mortagne).
Le plus ancien   est le Nicolas Convers qui datent de 1760, c’est le premier Tarot a avoir été fabriqué à partir de moule (avant les tarots étaient peints à la main puis  au pochoir),  puis en 1930 le Paul Marteau de la Maison Grimaud reprend les moules du Convers mais les couleurs se limitent d’autant plus car le procédé de fabrication comprend des machines qui ne pouvaient restituer que 7 couleurs : le noir, le blanc, le rouge, le bleu, la couleur chair, le jaune, le vert, occasionnant dans certaines lames la disparition de certains détails, visibles dans le jeu Convers de 1760.
Au début des années 90, Philippe Camoin s’associe avec Alejandro Jodorowski pour restaurer le Tarot de Marseille originel : peine perdue ce tarot très New-Age n’a plus rien à voir avec la lignée des TDM historique, en fait il s’agit d’un melting pot de plusieurs Tarot de Marseille. Kris Haddar a d’ailleurs critiqué à juste titre  cette restauration contestable  et à proposé la sienne , laquelle par ailleurs me paraît beaucoup plus crédible.
Aucun historien ne sait à quoi ressemblait le premier Tarot de Marseille, le plus ancien est incomplet et date de 1393 et aurait été retrouvé en Italie. Le premier Tarot complet retrouvé fut celui des Visconti-Sforza retrouvé également en Italie en 1450, ces deux Tarots étant d’origine Française. Une loi du 17 Mars 1703 émanant du pouvoir royal interdisît qu'on utilisât des Tarots de Marseille avec des figures (Valet, Dame, Roi, Cavalier) portraitisants des souverains de l'époque. Cette loi a été catastrophique dans l'histoire du Tarot de Marseille, parce que non seulement les Maîtres Cartiers ont arrêtés la production des tarots, mais les particuliers pour ne pas avoir de problèmes avec les autorités ont détruits leurs jeux, ce qui explique pourquoi on ne retrouve presque plus de tarots datant de la période 1450 à 1700. Les tarots de Marseille dans leurs structures ont été copiés sur les cartes à jouer des mamelouks : cartes numérales de 1 à 10, figures royales, division des enseignes, en revanche aucun historiens n'a été capable de déterminer « qui « ou « quel » groupe d'homme a élaboré les 22 lames majeures appelées "triomphes" (qui ne figuraient pas dans les cartes à jouer mamelouks).

 

Avigora | Pouvez-vous nous expliquer en quelques phrases comment se déroulent vos consultations ? Le tarot est-il indispensable à vos voyances ?

Paul-Loup | La voix du consultant déclenche -ou pas -des flashs et des ressentis, c’est pour cela que je demande le prénom et la date de naissance. Pour affiner mes perceptions ou les provoquer si elles ne sont pas encore là, je demande aux consultants de me donner 3 chiffres entre 1 et 22. Je me sers des 22 lames majeures dans un tirage à trois lames, si le consultant connait les lames, je bats les cartes et les  compte  dans le jeu. J’utilise le Tarot restauré de Kris Haddar.
Non, le tarot n’est pas indispensable quand j’arrive à la seule voix du consultant,  à lire en lui comme un livre ouvert, il m’arrive de ne faire aucun tirage mais j’ai remarqué que certains consultants peuvent se sentir contrariés voire frustrés si vous ne procédez à aucun tirage, c’est un rituel souvent important, dans ce cas là je m’exécute, le consultant est roi,  même si j’estime que le  tirage n’est pas indispensable à ma voyance.

 

 

Consultez ou découvrez Paul-Loup !


 

 

 

Plus de rubriques sur la page Horoscope & infos

Toutes les interviews :

Conseillers en ligne

Tarot de Marseille Tarot de l'Amour Tarot oui non
Code promotionnel Disclaimer