Le Tarot de Marseille avec Diotima

Les articles à la une

icone article

Le Tarot de Marseille avec Diotima

Le diable  L'Etoile

Sa représentation:

Cette lame représente une scène se passant à l'extérieur, dans la nature toute entière représentée par les quatre éléments fondateurs : la Terre (sol jaune), l'Eau (rivière bleue), l'Air (l'espace et l'oiseau), le Feu (les étoiles astres lumineux, éclairants). C'est la nature à l'état brut en somme, dans toute sa pureté.

Une jeune femme nue, de face, aux longs cheveux blonds verse le contenu de deux brocs rouges dans une rivière bleue. Du fait de cette couleur rouge, les deux brocs sont profondément actifs, plein d'énergie et de vitalité.

Cette nudité évoque Eve, la première femme, dans cette nature qui s'apparente à l'Eden. Elle représente le dépouillement extrême, l'"authentique", l'absence de masque. Elle bannit aussi les différences sociales que l'on pourrait entrevoir à travers des styles de vêtements, des accessoires...

 

Notons ici l'acte "gratuit" accompli par la jeune femme. Elle n'arrose pas une terre aride, ce qui aurait pour effet de chercher un résultat : effectuer un travail dans un but précis. Non, ici elle verse un liquide bleu dans une rivière bleue. Acte sans fondement ni raison s'il en est. Cela traduit en réalité un acte noble : donner pour donner. Un acte dénué de tout calcul. Vider pour remplir ce qui l'est déjà...

A contrario, la tempérance (lame XIV) semble accomplir un geste immuable, qui donne le sentiment qu'elle continuera indéfiniment à verser le contenu d'un vase dans l'autre : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme... Si la Tempérance conserve, l'Etoile, elle, dispense au risque même de perdre... Le principe interactif de la Tempérance ne se retrouve pas dans l'Etoile.

La jeune femme de l'Etoile présente la même posture que la femme ailée de la Tempérance, la tête légèrement inclinée en signe de confiance, d'abandon et de bonté. Le fait qu'elle soit agenouillée (genou gauche à terre) traduit son humilité, marque une volonté d'allégeance et d'entière confiance en l'autre. Du fait de sa nudité, la couleur chair domine et donne à cette jeune femme une dimension très humaine.

Notons qu'en astrologie, les genoux sont liés au capricorne, signe de terre, de concentration, de tout ce qui est enfoui dans les profondeurs de l'hiver. Deux arbres sont plantés sur un sol jaune qui occupe une large place. Leurs racines plongées dans la terre relient le bas et le haut. Sur l'un d'eux est posé un oiseau noir, un corbeau, augurant d'un destin favorable ou funeste. Celui-ci représente également l'âme par sa couleur mais aussi, par sa mobilité dans l'espace.

Le ciel compte huit étoiles, sept petites : deux bleues, deux rouges, trois jaunes. L'étoile centrale plus volumineuse est rouge et jaune. Les étoiles apportent énergie et lumière. La femme exécute sous l'inspiration bienfaitrice des étoiles. Elles apparaissent cependant en plein jour (l'étoile centrale, plus importante par sa taille s'apparente au soleil diurne). Un paradoxe logique pourtant puisque les étoiles sont toujours présentes dans le ciel, même si nous ne les voyons que la nuit. La clarté solaire, si elle les rend invisibles, ne les rend pas inactives pour autant. Belle allusion à l'astrologie ici encore et l'influence des astres sur notre psychisme et nos existences individuelles.

Les couleurs en sont le jeu des influences. Les rouges : activités toniques, puissantes, ressenties (Mars, Jupiter). Les bleues suggérant une influence plus douce, à vocation plus profonde, réfléchie (la Lune et Saturne). Les jaunes incarnent quant à elles les valeurs dominantes des planètes dites lumineuses : Vénus, Mercure, le Soleil. L'étoile principale dans la lame XVII, alliant le rouge et le jaune, nous fait penser à l'étoile polaire : véritable « guidance » de l'individu vers sa propre évolution.

Les sept étoiles regroupées autour de la plus importante évoquent la constellation des Pléiades.

Qu'en est-il du nombre 17 ?

A l'instar de Paul Marteau et en accord avec lui, je vois dans le nombre 17 (10 + 7) le septaine, c'est-à-dire, le rayonnement étendu du cycle universel s'exprimant dans la gamme des sept. Des sept sons, des sept couleurs, des sept péchés capitaux, sept jours de la semaine, le chandelier à sept branches.... On peut aussi considérer le dix-sept sous la forme de 1 étoile centrale + 7 étoiles secondaires = 8 arcane de la justice qui fait appel à l'existence proportionnée des choses de façon équitable.

L'Etoile au contraire représente une force généreuse, bienveillante et positive au profit de l'individu. Dans les mentalités, l'étoile revêt un caractère de « destinée » : être né sous une bonne ou mauvaise étoile. C'est aussi la symbolique d'un talent, d'une chance, d'une protection. N'oublions pas cependant, qu'une épreuve peut parfois constituer un don. Car à travers elle l'individu peut découvrir des terrains, des horizons cachés dont il n'aurait même pas envisagé l'existence sans cette épreuve.

Cela peut aussi constituer une prise de conscience de ses potentatialités, une mise à l'épreuve, « un mal pour un bien » en quelque sorte si l'on décide de retrousser les manches... De construire, de repenser différemment plutôt que de subir.

L'Etoile peut donc constituer un idéal à atteindre…

Le sens divinatoire

A l'endroit : Excellente carte qui se révèle de très bon augure. Toutefois, il serait illusoire de penser qu'il suffit d'attendre que les choses se fassent toutes seules en exploitant juste les effets chance de l'Etoile. L'attitude du consultant est primordiale. Si l'aide « providentielle » est manifeste il n'en demeure pas moins que celui-ci doit être acteur, créateur.

A l'envers : La chance n'est pas au rendez-vous. Il faut lutter, se battre, travailler. Cela n'est pourtant pas facteur de malchance, le consultant pouvant tout à fait parvenir à ses fins. Le courage et la ténacité deviennent alors les maîtres mots d'un succès différé.

 

La Maison-Dieu

La Lune

Sa représentation:

Cette lame est divisée en trois plans distincts :

Le plan céleste manifesté par la Lune. La Lune vue de profil dans un cercle bleu entouré de rayons bleus, blancs et rouges. Au-delà des rayons et disposées en cercles, des gouttes bleues, rouges et jaunes semblent remonter vers le centre, la Lune. Le ciel est essentiellement bleu tandis que le sol est jaune.

Le plan terrestre se manifeste par le sol jaune avec deux tours plantées à chaque extrêmité et deux chiens-loups la tête levée vers la lune, "qui aboient à la lune". Ce plan se construit selon une loi binaire : deux tours, deux chiens-loups ,animaux hybrides. Leur couleur chair est « humaine ». Elle rappelle la peau de l'individu. L'être avec son instinct animal, animé par des pulsions.

Sur le plan symbolique, le chien représente les plans infernaux dont il est en principe le gardien. Quant au loup, avec sa vision nocture, il est le maître de la nuit, donc le maître des ténèbres. L'animal incarne donc l'instinct, les émotions. Les tours, elles, s'apparentent à la construction individuelle, au monde des aquis, des avoirs, de l'appris. Elles entourent les chiens comme pour mettre les limites indispensables, véritables garanties d'un bon fonctionnement mental.

Le plan aquatique entièrement bleu symbolisé par l'eau dans laquelle nage une grosse écrevisse. La Lune est un astre majeur tant au niveau de sa fonction (éclairer ce qui est dans l'ombre, secret, caché) que dans sa symbolique.

C'est l'astre « féminin » dont la couleur majoritairement bleue évoque ce caractère doux, réceptif, filtré de la lune. Elle est vue de profil, tournée vers la gauche traduisant une influence indirecte, détournée bien qu'essentielle. Le fait qu'elle soit tournée vers la gauche induit des valeurs d'inhibition et d'intériorisation.

Si l'on considère son rayonnement, on peut en dire qu'il est neutre, donc ni favorable ni défavorable puisque le bleu et le rouge sont répartis équitablement. En effet, si les rayons rouges sont plus nombreux que les bleus, leur taille en revanche compense leur nombre.

Quant aux rayons blancs, ils démontrent par leur présence la neutralité parfaite de l'influence exercée. Ils revêtent en outre le caractère sacré du monde de l'imaginaire que représente la Lune. Cet arcane XVIII n'est pas négative en soi bien que la plupart des interprétations lui confèrent un sens de danger réel. Il n'en n'est rien. Certes, elle comporte des risques, des dangers « potentiels». Mais pour moi, il s'agit plus d'une mise en garde, d'une invitation à la prudence plutôt que d'un couperet tranchant qui tomberait inéluctablement, sans pitié.

Remarquons que les gouttes sont inversées par rapport à la position normale que l'on peut attendre d'une goutte... Au lieu de tomber elle semblent aspirées par la Lune, ce qui nous renvoie à l'aspect attractif de l'astre. La Lune évoque la création, le génie mais aussi le rêve qui prend racine à l'intérieur même de l'Etre.

La Lune est une lame mentale et non physique. Elle ne produit rien de concret et ne s'adresse qu'à l'intérieur de l'individu.

Qu'en est-il du nombre 18 ?

Les arcanes dérivant à partir du nombre 10, la lame XVIII fait ressortir la combinaison 10 + 8, mettant en présence deux chiffres pairs. Le 10 incarne le mouvement (la Roue). Le 8 se rattache à l'infini, l'éternité (la Justice qui, symbolisée par la balance cherche en permanence l'équilibre de ses deux plateaux). Cette combinaison repose sur une ambivalence : évolution ou involution. C'est l'une des propriétés majeures de la Lune : l'imaginaire, manifestation positive à travers la création ou à l'inverse, manifestation négative dans l'illusion… D'autre part le 18 (1 + 8) comprend le 9. Ce 9 qui est le symbole de la gestation. La Lune représente la femme, le yin. Elle incarne la mère sa capacité à enfanter, à donner la vie, à créer.

Le sens divinatoire

A l'endroit : Elle induit une période de calme, d'absence de mouvement qui se montre très positive à la vie intérieure. Elle est féconde, productive développe les talents artistiques, la créativité. C'est donc la lames des créateurs, auteurs mais aussi astrologues et tarologues.

A l'envers : Bien qu'avec une conotation « négative », elle n'annonce pas un événement mais un ressenti. Elle engendre des troubles, une certaine confusion et par là même des doutes négatifs, de la tristesse.

Surtout, il convient pour interpréter toute son ampleur d'en faire une lecture en fonction des cartes qui la précèdent. Négativement (précédée par exemple par le Pendu ou la Maison Dieu), elle traduit un choc émotionnel important issu d'un événement fâcheux. A l'inverse, si elle succède à une lame positive type Etoile ou Soleil, le sujet est dans un contexte favorable, détendu certes mais n'en tire aucun bénéfice. Il voit le verre à moitié vide et non à moitié plein en quelque sorte.

 

Cet article a été écrit avec la collaboration de notre tarologue Diotima.

Retrouvez aussi les lames I et II : Le Bateleur et la Papesse.

Les lames III et IV : L'Impératrice et l'Empereur

Les lames V et VI : Le Pape et l'Amoureux.

Les lames VII et VIII : Le Chariot et la Justice

Les lames VIIII et X : L'Hermite et la Roue de fortune

Les lames XI et XII : La Force et le Pendu

Les arcanes XIII et XIIII:L'arcane Sans Nom et La Tempérance

Les arcanes XV et XVI: Le Diable et la Maison-Dieu

En savoir plus également sur l'histoire du Tarot de Marseille

 

De :

 

Plus de rubriques sur la page Horoscope & infos

Tous les articles :

Code promotionnel Disclaimer